À lire sur le Club des Médecins Blogueurs Headline Animator

jeudi 10 mai 2012

Lettre ouverte à ma CPAM.

La permanence des soins est de plus en plus compliquée dans notre coin et en plus, la CPAM oublie de verser les indemnités d'astreinte.
Je me suis donc fendu d'une petite missive enjouée que je me réserve la possibilité d'envoyer prochainement.


"Ma chère petite CPAM


Tu n'es pas sans ignorer de savoir que le pouvoir politique vient de changer de main. Nous nous promenons donc maintenant en dansant, vers des lendemains qui chantent et sur des chemins jonchés de pétales de rose.
Pour preuve de ce changement profond de paradigme, j'ai décidé que nos rapports s'inscriraient désormais sous le signe de l'égalité et de la fraternité. (pour la liberté, ce n'est pas encore l'heure)
Tu connais la vilaine propension de ta soeur jumelle, l'URSSAF, à vouloir me prélever 10 % de majoration dès que j'ai un jour de retard dans le paiement des sommes que je lui dois. Elle est taquine ! 
Je vais donc faire de même avec les sommes que tu me dois. C'est normal. Cela constitue une mesure d'égalité de traitement entre toi et moi, et cela est nécessaire pour que nos rapports restent fraternels. 
Or, l'examen de mes comptes laisse apparaître qu'au 10 mai 2012, tu me dois toujours le paiement des astreintes des mois de février et de mars 2012, c'est-à-dire respectivement les sommes de 7x150 et 6x150 euro, soit 1950 euro. Tu comprendras peut-être que pour moi, c'est une somme conséquente qui me permet  par exemple de payer mes secrétaires, mais si tu ne le comprends pas, ce n'est pas grave. 
Tu n'ignores pas non plus que la convention médicale stipule bien que ce paiement doit intervenir dans le mois qui suit l'astreinte. 
Je vais donc te demander 10 % de majorations de retard, soit 195 euro de bonus que tu seras bien gentille d'ajouter aux 1950 euro déjà dus.
J'attends donc ton chèque de 2145 euro que tu enverras à l'adresse habituelle. Tu peux également payer par virement bancaire, mandat cash, ou par Paypal. (je n'accepte pas le paiement en nature, ma femme s'y oppose).
Tu remarqueras également que je ne te demande pas le paiement des innombrables impayés qui émaillent ma comptabilité (AT - CMU - Tiers Payant...) Je ne suis pas ratasse à ce point.
Et puis, c'est pour le principe, hein ?  je suis sûr que tu comprendras. 
Sinon, ici, il fait beau. Je m'amuse bien à la montagne. Hier j'ai mangé une raclette. Miam.
Au plaisir de te lire. 
Bisous. 


                                                              Ton Doc de Montagne qui t'aime




PS : Comment ? qu'apprends-je ? il paraîtrait que dans les couloirs des organismes sociaux, les médecins libéraux sont communément surnommés : "les cupides". 
Cela me fait de la peine ! 
Pour te montrer que je ne suis point si cupide, je te fais grâce des 10 % de majoration, mais paye moi quand même ce qui m'est du, s'il te plait. Il faut rendre à César ce qui est à César, non ? 
Re-bisous. "

Bon, je sais, c'est puéril. Mais moi, ça m'amuse, et j'en avais besoin ces derniers temps, alors tant pis.

19 commentaires:

  1. Oh je crois que le Post Scriptum est de trop en fait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi mon avis. Le jour où les médecins ne se sentiront plus coupables devant l'argent...

      Supprimer
  2. Super! Dommage que ce genre de lettre ne soit jamais envoyée! Quoique, c'est peut-être préférable, sinon la chere CPAM vous envoies une convocation pour consulter un psy.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Vu l'originalité de la missive, à ta place, je l'enverrais. Je tente d'en préparer une pour l'urssaf mais avec moins de talent. Ca n'a rien de puéril, ça traduit un agacement, ça s'ajoute à toutes les paperasseries qui nous soulent et qui expliquent : les burn out, les dévissages, l'alcoolisme des médecins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois que je dois me mettre à boire ? ;-)

      Supprimer
  4. elle me plait bien sûr ta lettre
    l'envoyer ou non ? je ne sais pas si ça sert à grand chose ils sont obtus persuadés que nous sommes des fraudeurs, des creuseurs de trou de sécu et que nous ne pensons qu'au fric. perso je l'enverrais bien mais je n'ai plus bp d'années à les supporter et ils auront du mal à m'atteindre...
    par contre le "cupide" (tricupide comme la valvule ! )que je suis il va te la relayer ta lettre sur les "résosocios" si tu n'y vois pas d'inconvénient :-)

    RépondreSupprimer
  5. Peut-être qu'ils ont de l'humour aussi à la CPAM, qui sait? :-)

    RépondreSupprimer
  6. Super j'adore, par contre je suis surpris que tu tutoies la cpam, vous avez gardé les moutons ensemble dans la montagne?

    RépondreSupprimer
  7. Je crois vraiment que l'humour fait passer l'humeur.... surtout la mauvaise !

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    pas la peine de l'envoyer car la CPAM nous prend pour des C.. .

    Une patiente qui a travaillé en CDD à la CPAM à entrer dans l'informatique les feuilles de soins papier m'a appris une bien bonne, dans le genre escroc en col blanc c'est du béton. Selon les jours de travail le calcul des indemnités kilométriques remboursées aux patients changeait,elle devait calculer le remboursement parfois avec 4 kms A/R forfaitaires soit avec 12 km. Seul les patients en capacité de grogner au standard telephonique seront bien remboursés donc, et seulement si ils se rendent compte de la manipulation.

    Si c'est pas une petite économie facile sur le dos des gens je ne sais pas ce que c'est. Il n'y a pas de petites économies.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  9. Viens travailler en Haute-savoie, chez nous les astreintes sont payées dans la semaine qui suit... Et en plus j'en ai beaucoup moins que toi..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, le nombre des astreintes payées est inférieur au nombre réel de dimanches et de nuits effectuées. En effet, le dimanche nous sommes trois pour une seule indemnisation. En plus, les samedis ne sont toujours pas indemnisés dans le département.
      La haute Savoie... pourquoi pas, mais j'envisage plutôt d'émigrer plus loin.

      Supprimer
  10. N'oubliez pas de proposer à la sécu des espaces publicitaires dans votre cabinet. A chaque fois que je recois un poster de telle ou telle campagne nationale a afficher en salle d'attente, j'établis un devis pour location d'une surface publicitaire au mois et je joins un contrat proche de celui es abris-bus.

    RépondreSupprimer
  11. J'adore ! Il faut l'envoyer sans le post scriptum pour réclamer vraiment les 10 % . Eux ça ne les gênent pas de le faire alors à un moment il faut envoyer du gros , nous aussi !
    Une gynéco de Savoie ...

    RépondreSupprimer
  12. Pierre Desproges s'adressait au Trésor Public par un "mon trésor". L'usage veut que que l'on s'adresse à la CPAM par "Madame LaCaisse".
    Ici nous avions l'habitude d'écrire à l'ancien directeur de la CPAM par "Madame, Monsieur".
    Ce qui avait le don de l'exaspérer, et il répondait par : " Je ne suis pas Madame, Monsieur, je suis le directeur quoi que vous le vouliez, etc..."
    bref nous lui répondions Madame, Monsieur et nous nous amusions bien!!!

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, je découvre votre site via le blog de "sous la blouse", et c'est également un plaisir de vous lire!

    RépondreSupprimer
  14. Je pense qu'il y a de l'abus partout et de l'incompétence partout. Rajoutons à cela des effectifs réduits dans les CPAM, des professionnels de santé à qui on en demande tjs plus. Pour autant, je reste convaincu que les professionnels de santé bénéficient d'un statut proche de celui d'un "salarié" vis à vis de la sécu. Les français consommeraient-ils autant de soins si les remboursements n'étaient pas garantis? je n'en suis pas certain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Loïc.
      Effectivement, il y a de l'abus et de l'incompétence partout. Je suis maintenant convaincu que cela est inhérent à notre mode de fonctionnement.
      Vous reflétez l'opinion la plus courante en France lorsque vous dites que les professionnels de santé en France sont devenus de fait des "quasi salariés" de la sécurité sociale, et là, je ne suis pas du tout d'accord avec vous.
      Je crois que cette opinion est un énorme malentendu. Elle sous-entends que la clientèle des médecins (je n'ai pas peur du mot) serait solvabilisée par la sécu et que par conséquent les médecins seraient favorisés par le système.
      Elle omet toujours de dire que les actes médicaux sont maintenus artificiellement trop bas par ce même système. En l'absence de sécu, les médecins feraient, il est vrai, 2 ou 3 fois moins d'actes car un grand nombre de consultations sont médicalement inutiles, mais ces actes seraient correctement rémunérés. Au lieu de voir 40 personnes par jour, en 15 minutes, pour 23 euros, dont les 2/3 pour des conneries, ils verraient 10 à 15 personnes par jour, pour des pathologies sérieuses en 30 à 40 minutes, pour 60 euros, ce qui est le prix moyen d'une consultation médicale dans un pays développé.
      C'est cette opinion qui pousse les politiques à penser que les médecins libéraux sont des favorisés qui se plaignent induement et qu'il suffit de les forcer pour qu'ils aillent s'installer à la campagne, par exemple.
      La réalité est tout autre. Les actes sont trop peu payés pour peu que vous fassiez de la médecine. Mon taux horaire est à moins de 2 fois le SMIC. Les paiements forfaitaires n'existent pas et s'ils existent un jour, il ne représenteront jamais une part importante du revenu du médecin moyen. (peut-être représenteront-ils une part importante du revenu des "capteurs de subvention" plus ou moins honnêtes...)
      Les médecins généralistes se paupérisent, surtout dans les campagnes. Les jeunes ont très bien compris cela, et c'est la raison de leur désaffection pour l'exercice dit libéral...
      La sécu est juste en train de tuer le corps médical en affichant le contraire.

      Supprimer